Entreprendre est-il bon pour la santé ?

la santé du chef d'entreprise

Entreprendre est-il bon pour la santé ? Conférence d’Olivier Torres, universitaire

ROAD PME 2015  à Nîmes organisé par la CGPME du Gard

Sujet intéressant pour les chefs d’entreprises que  nous sommes, mais peut-être un peu assommant… C’est ce dont j’avais peur !

Quelle ne fut pas ma surprise d’écouter une conférence pleine d’énergie et d’humour, sans jargon universitaire donc parfaitement abordable et proche de nos préoccupations.

Olivier TORRES est professeur de management à l’Université de Montpellier 1, vice-président de l’AIREPME (Association Internationale de Recherche en Entreprenariat et PME) ; il a créé l’observatoire Amarok, premier observatoire national pour la santé des dirigeants de PME.

Il se définit comme « PMiste », et nous décrit la place des PME dans l’économie française en quelques chiffres : Les PME représentent 96 % des entreprises françaises ; ce sont 2 emplois sur 3 et 60 % du PIB annuel.

C’est un écosystème. Les PME sont partout et c’est vrai dans le monde entier. Mais paradoxalement elles ne sont ni dans les livres ni dans les théories : c’est l’effet Gulliver !

On se fait une représentation du monde à partir des géants et ensuite on généralise mais ça ne fonctionne pas…

La santé des chefs d’entreprises : les facteurs pathogènes

Il n’y a aucune statistique, mais d’après les observations réalisées, on constate que le chef d’entreprise n’a pas le temps d’être malade. Il tombe malade pendant ses congés et du coup il n’en prend plus !!!

La santé du chef d’entreprise est un déni.

  • 1er facteur⇒ le stress est pathogène. Le critère à prendre en compte est la durée d’exposition au stress ;
  • 2ème facteur⇒ la solitude : le management est frontal, en cas de licenciement le sentiment de culpabilité est extrêmement fort, il n’y a pas de dilution des responsabilités ;
  • 3ème facteur⇒ l’incertitude du carnet de commande ;
  • 4ème facteur⇒ la surcharge de travail : « le travail c’est la santé » mais trop de travail, cela devient pathogène. Un dirigeant de PME travaille entre 55 et 60h/semaine.

Contre hypothèse : la salutogénèse

Inventée par Aaron Antonovski chercheur Israélien. Il base sa théorie sur les facteurs qui sont bons pour la santé :

  • 1er facteur⇒ la maîtrise de son destin permet de vivre mieux et plus longtemps que le fataliste ;
  • 2ème facteur⇒ L’endurance (hardiness) « on tombe 7 fois on se relève 8 » Philippe Labro. Le chef d’entreprise ne s’arrête pas à l’échec, il rebondit !
  • 3ème facteur⇒ l’optimisme : « l’espoir fait vivre », mieux que l’espoir, l’espérance.

Les pessimistes sont des anxieux qui ne parlent pas, ils somatisent. Quant aux anxiogènes, c’est pire, ils irradient l’anxiété, ils insinuent le doute en vous. Comment gérer ces personnes néfastes pour vous ?

On peut les soigner, mais il faut qu’ils en aient la volonté. Ou alors il faut prendre la tangente et les fuir à tout prix !

Entreprendre est salutogène : c’est bon pour la santé. Ce n’est pas une contrainte subie mais choisie, contrairement au salarié.

Qu’est qu’entreprendre ?

3 mots pour résumer l’entreprenariat : la patrimonialité, la proximité, la liberté.

Voltaire disait « j’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé »

L’important : le sens de la cohérence, comprendre son monde, en avoir la maîtrise. Le monde dans lequel je vis crée-t-il du sens et de l’utilité pour moi ? C’est le cas du monde de la PME.

Actuellement avec le sujet de la pénibilité au travail on crée un effet négatif notamment sur nos jeunes. Les questionnaires de pénibilité ne développent que le volet pathogène, or il faudrait en parallèle ajouter un volet plaisir afin de créer un équilibre, car il y a des aspects positifs au travail et nous allons finir pas l’oublier.

C’est le chômage qui tue, pas le travail.

Le sommeil : un point délicat pour la santé du dirigeant.

Le chef d’entreprise dort moins et moins bien que le reste des français. Il dort en moyenne 6h/nuit au lieu de 7 heures. Il génère une dette de sommeil.

  • Attention si vous mettez plus de 30 mn à vous endormir ;
  • Si vous vous réveillez plusieurs fois la nuit ;
  • Si vous vous réveillez avant le réveil ;
  • Si vous vous sentez encore fatigué au levé ;
  • La solution : la micro sieste, ¼ d’heure suffit à recharger les batteries. Il faut savoir gérer son sommeil.

Il m’est malheureusement impossible de retranscrire ici le ton de cette conférence, ni les multiples exemples évoqués, mais si vous avez l’occasion d’écouter Olivier Torres, n’hésitez pas ! C’est un vrai «show-man», sa conférence est vivante, pleine d’humour et d’énergie positive. Un grand moment de plaisir…

By
Conseil, formation et accompagnement des chefs d'entreprises TPE et PME.

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*